Société Générale - SG

Nom : Société Générale - SG.

Catégorie de Banque : Banque de réseau.

Adresse du siège:Siège social : 29, bd Haussmann 75009 Paris

Site internet : www.societegenerale.fr

Service commercial : Voir les agences.

Réseau en France : Le groupe Société Générale propose de 2 300 agences bancaires à ses 8 millions de clients Société Générale.Ces agences sont réparties dans l'ensemble du territoire nationale.

Coût d'accès à la banque : Gratuit
Moyens d'Accès : Agence selon horaire ; Téléphone ; Internet
Virement en ligne : Oui 
Bourse : Achat et vente 
Relevé de compte : Oui
Commande de chèque : Oui 
Dépôt de chèque : En agence, courrier
Rémunération du compte courant : Non
Remboursement de carte bancaire : Non
Les conventions : Jazz, Jazz International
Offre Jeune : Pack Jeunes
Accès du site internet par téléphone mobile : Oui

Les offres promotionnelles : Aucune offre.

Historique : La Société Générale a été créée il y a plus de 140 ans par décret impérial. Fondée par un groupe d'industriels et de financiers, elle avait pour destination de favoriser le commerce et l'industrie en France.

1864 : Création de la Société Générale par décret impérial le 4 mai.

Fondée par des industriels et des financiers pour favoriser le commerce et l'industrie en France. Elle ouvre son premier siège social à Paris.La banque ouvre ensuite son premier guichet près de la Bourse de Paris en 1865, très rapidement elle ouvre 15 guichets dans la capitale et 32 en province. En 1871, une première succursale est ouverte à Londres haut lieu de la finance.1871 : Accès au marché des émissions publiques françaises

Suite au traité de Francfort qui met fin à la guerre entre la France et la Prusse, la France doit verser à la Prusse cinq milliards de francs or sur trois années. L'Etat lance donc un emprunt national. C'est à ce moment que la Société Générale entre dans le syndicat de banques autorisées à émettre des obligations. Le placement des titres est un succès car près de 43 milliards ont été pré-souscrits.

En parallèle, la Prusse annexe l'Alsace et la Moselle où la banque était alors peu implantée. La société Générale décide donc de se développer et crée, en 1881, la Société Générale alsacienne de banque (Sogénal). L'ensemble du réseau Sogénal est redevenu Société Générale en 2001.1872 à 1893 : Investissements en Amérique du Sud

La Société Générale tente des investissements en Amérique du Sud alors que l'Europe et l'Amérique du Nord font face à une importante crise économique. La banque a l'opportunité de gérer l'exploitation du port de Callao au Pérou mais l'instabilité économique ou encore politique rend difficile l'exploitation du port. A l'époque un riche investisseur, Auguste Dreyffus s'associe à la Société Générale pour la vente du guano péruvien (engrais hors pair, véritable trésor du Pérou) mais là aussi les instabilités économiques et politiques du pays mettent en péril les investissements et finissent par engranger un manque à gagner.

Après l'apprentissage, l'expansion

1896 : Caisse de prévoyance

D'une grande importance pour ses employés quelque soit leur grade, la Société Générale crée une caisse de prévoyance le 28 juillet 1896. Elle permet aux agents et à leurs ayants droit d'être dédommagés au moment du départ à la retraite ou en cas de décès.

1901 : Russie

La Société Générale mettra une vingtaine d'années avant d'implanter en Russie une filiale à Saint-Pétersbourg. Déjà présente dans le financement de certaines entreprises dès 1880, elle assoit donc sa notoriété à l'Est. Cette filiale va vite fusionner avec la Banque russo-chinoise, ce qui débouchera ensuite sur des ouvertures de succursales en Inde et en Chine.

1912 : Opéra / Boulevard Haussmann

D'abord installée rue de Provence, l'agence centrale de la banque déménage dans le quartier d'affaires de l'Opéra, sur le boulevard Haussmann. Très bel immeuble agencé pour l'occasion par l'architecte Jacques Hermant, certains de ses agencements sont aujourd'hui inscrits à l'inventaire des Monuments Historiques.

Les guerres, la crise

1914 : la 1ère guerre mondiale

La guerre est déclarée, elle s'annonce bien plus longue que prévue et les réserves de munitions et de vivres s'avèrent très vite insuffisantes. La France a recourt aux emprunts nationaux auxquels la Société Générale va participer. Cinq emprunts nationaux couvriront au total un peu plus de la moitié des dépenses liées à la guerre.

1928 : CALIF

Le Crédit à l'industrie française (CALIF) créé pour favoriser les exportations au moyen d'opérations bancaires sous forme d'escomptes. Cette aide accordée aux entreprises permettra entre autre la reconstruction du pays.

1929 : Jeudi noir ou la crise de 1929

C'est le crash boursier le plus dévastateur du XXème siècle. Le Dow Jones y perd 22.6 points. En conséquence, la Société Générale restructurera son réseau, pensera à de nouvelles méthodes de travail et réduira sa masse salariale.

1939 : la 2nde guerre mondiale

Durant la 2nde guerre mondiale, la Société Générale perdra presque 130 immeubles particulièrement en Bretagne et en Normandie. L'agence de Nantes sera plus funèbre avec 2 morts lors de bombardements. 

Les trente glorieuses

Plein emploi, croissance et démographie explosent à l'après-guerre. C'est l'occasion pour la Société Générale de se développer, créer de nouveaux produits et de faire évoluer le profil de ses agents. C'est aussi la persévérance de se développer toujours plus à l'étranger comme en Italie, au Mexique ou encore en Afrique.

1945 : Nationalisation de la banque

A la sortie de la guerre, la banque est nationalisée. La Société Générale profite d'une économie croissante pour continuer son développement en France comme à l'étranger. Elle crée aussi sa première colonie de vacances pour les enfants des agents en 1948 près de Lyon.

1962 : Décolonisation des pays africains

La décolonisation des pays africains transforme le réseau de succursales en réseau de filiales comme en Tunisie, l'Afrique sub-saharienne, la Guinée ou encore l'Algérie.

1964 : SICAV

La Société Générale est pionnière dans cette aventure, un décret de 1963 autorise la création de sociétés d'investissement à capital variable (SICAV). Une SICAV est une société qui a pour objectif de mettre en commun les risques et les bénéfices d'un investissement en valeurs mobilières, titres de créances négociables. A fin 2008, la Société Générale comptait 609 millions d'euros détenus par 55000 porteurs.

1966 : Loi Debré

A partir de 1966, le Ministère des Finances autorise les ouvertures d'agences sans autorisation préalable et atténue la distinction entre banque de détail et banque d'affaire.

1970 : Modernisation

La Société Générale se modernise dans les secteurs informatiques, les distributeurs automatiques de billets (DAB) ou encore les cartes bleues.

Récession

Les chocs pétroliers de 1973 et 1979 et le krach bousier de 1987 plongent la France dans un enchainement de récessions. La Société Générale est finalement privatisée en 1987 en raison de sa très bonne santé financière.Modernisation

La Société Générale est pionnière dans bien des domaines, malgré le contexte incertain, la banque Société Générale se modernise avec l'arrivée des distributeurs automatiques de billets (les premiers étaient internes et réservés aux clients propres de la Société Générale) et du lancement de la banque en ligne avec Logitel pour ses clients sur le Minitel en 1985.Tentative d'OPA : L'Affaire de la Générale

En 1988, une tentative d'OPA du groupe Georges Pébereau. Des mouvements suspects en grand nombre sur les actions de la Société Générale qui interpellent la Commission des opérations de bourse (COB) qui ouvre une enquête. Le parquet ouvre une information judiciaire pour délit d'initié fin mai 1990. Une dizaine de personnes ont été mises en examen.Croissance

La Société Générale progresse toujours plus dans son implantation à l'international, notamment en Asie, en Amérique du Nord, en Europe de l'Est et au Proche Orient tout en renforçant son implantation en France sa banque de détail avec le rachat du Crédit du Nord en 1997 pour la somme de 2,2 milliards de francs.

Société Générale, La contemporaineBHFM

La Société Générale crée la branche BHFM (Banque de détail Hors France Métropolitaine) en 1998 qui s'inscrit dans une logique stratégique majeure de la banque.La BNP

En 1999, la BNP tente d'absorber Paribas et la Société Générale en réalisant deux OPE (offre publique d'échanges) simultanées. La BNP parvient à prendre le contrôle de Paribas mais perd la Société Générale qui conserve alors son indépendance et continue ses acquisitions à l'international.Banque de l'année

La Société Générale est désignée « banque de l'année » en 2006 mais elle est aussi première banque signataire du pacte PME, un moyen pour la banque d'élargir ses partenaires technologiques et de trouver de nouveaux partenaires innovants, le tout dans un souci environnemental, voire social.L'affaire Kerviel

Ce trader de la Société Générale a accumulé des positions acheteuses sur les contrats à terme et dissimulé ces opérations. Si en 2007, cela a été plutôt gagnant, en 2008 la Société Générale s'aperçoit des risques. C'est la fraude la plus élevée de tous les temps. La perte sèche pour la Société Générale est de 4,9milliards d'euros.Crise de 2008 : subprimes

La crise des subprimes entraine la faillite de la banque Lehman Brothers qui entraine la bourse américaine puis toutes les bourses mondiales et vient aggraver davantage la crise mondiale financière déjà présente. Malgré cette crise et l'affaire Kerviel, la Société Générale garde la tête hors de l'eau.

back top